Le salon du Bourget… 1973!

By Florence 3 mois ago
Home  /  A-Actualité  /  B-Actualité Airitage  /  Le salon du Bourget… 1973!

En direct du Salon International du Bourget 1973

Le 24 mai 1973, Pierre Messmer, Premier Ministre français, inaugure le XXXème Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace du Bourget, organisé par l’Union Syndicale des Industries Aéronautiques et Spatiales (USIAS). Il est accompagné de Henri Ziegler, président de l’USIAS et administrateur gérant d’Airbus Industrie, ainsi que des principaux dirigeants français du secteur: Marcel Dassault (AMD-BA), René Ravaud (SNECMA), Joseph Szydlowski (Turboméca) et Marcel Chassagny (Matra).

Si une petite semaine est réservée aux professionnels, les deux week-end qu’englobent la manifestation sont dévolus au grand public. Celui-ci se voit proposer trois parcours: déambuler dans les allées d’expositions, s’attarder au statique pour examiner des machines de tout type, enfin lever les yeux au ciel pour admirer les démonstrations en vol.

Mirage F1Mirage F1

Au sein des espaces nationaux, les visiteurs découvrent les maquettes de projets en cours d’études ou de développement. Parmi ceux-ci, notons l’avion d’entraînement et d’appui franco-allemand Alpha Jet, l’ACF (Avion de Combat Futur) de Dassault[1], le MRCA (Multi-Role Combat Aircraft) du consortium européen Panavia[2], le bombardier B-1 de l’américain Rockwell et le Northrop YF-17 Cobra[3].

Du côté spatial, sont exposés les maquettes des fusées Diamant BP4 et le projet d’un nouveau lanceur européen L3S (Lanceur de 3e génération de Substitution)[4] présenté après l’abandon des études sur Europa 2 et 3. Mais la grande attraction est constituée par le pavillon commun américano-soviétique, signe bien tangible du réchauffement des relations entre les deux grandes puissances. A deux ans du vol Apollo-Soyouz en cours de préparation[5], les deux parties ont voulu souligner cette ère nouvelle de la conquête spatiale. Et ce sont les deux commandants de bord, Thomas Stafford et Alexeï Leonov, qui ont inauguré cette manifestation.

Maquette LIIISMaquette LIIIS

Au statique sont réunis pour la première fois au Bourget les trois géants américains du transport civil: Boeing 747 version C (Convertible), McDonnell Douglas DC-10 et Lockheed L1011 Tristar. Leur voisin n’est autre que l’A300B1 qui représente l’avenir de la construction aéronautique européenne. La machine attire tous les badauds. Rappelons que le premier des Airbus a effectué son vol inaugural le 28 octobre dernier à Toulouse et que la version B4, compte déjà 38 ventes (16 fermes et 22 options).

A300B arrivée au BourgetA300B

Ce sont cependant les démonstrations en vol qui recueillent les suffrages du plus grand nombre. Le programme débute tranquillement avec quelques avions d’affaires et de transport. Se succèdent ainsi, le bimoteur Italair Pegaso F20, le CASA 212, le Cessna 500 Citation et le Fokker F28.

La suite est impatiemment attendue par tous les spectateurs. En effet, ce n’est pas un mais deux A300B qui effectuent un vol combiné. Ces prototypes comptent à peine 450 heures de vol. L’un d’eux s’envolera dès la fin du salon pour une grande tournée de promotion en Amérique du Sud, puis aux Etats-Unis.

Suivent ensuite les évolutions très remarquées des deux supersoniques civiles, le Concorde 002 de la SNIAS et British Aircraft Corporation et son homologue soviétique Tupolev TU144[6].

Concorde & Alouette IIIConcorde et Alouette III(au sol)

 

Le ciel est ensuite dévolu aux machines de la maison Dassault, à commencer par le vol en patrouille des appareils civils, Mercure, Falcon 10, 20 et 30/40, puis les appareils militaires Mirage F-1, G-8 (prototype à géométrie variable) et SEPECAT franco-anglais Jaguar. Ils laissent la place aux américains Grumman F-14 Tomcat, Northrop F-5E Tiger II, au britannique Hawker-Siddeley Harrier (STOL[7]), toujours très impressionnant, et à l’avion d’attaque SAAB AJ37 Viggen.

Après ce ballet rugissant, le ciel du Bourget est envahi par les hélicoptères, d’abord ceux de la société nationale Aerospatiale: Alouette III, Gazelle, Puma, Super-Frelon et Dauphin, puis les voilures tournantes venues d’URSS: Kamov KA-26 et MIL-8[8].

La dernière journée se clôture en apothéose avec les démonstrations de la patrouille acrobatique anglaise des Red Arrow sur avion Folland Gnat et celle de l’US Navy sur F-4 Phantom.

Cette année 1973, le salon a accueilli près d’un demi-million de visiteurs.

 

Notes:

[1] L’ACF préfigure le Rafale.

[2] Panavia réunit la société allemande Messerschmidt-Bolkow-Blohm (MBB), l’anglais British Aircraft Corporation et l’italien Aeritalia. Le projet MRCA donne naissance au Tornado.

[3] Le Northrop YF 17 Cobra, concurrent malheureux du General Dynamics YF-16 (futur F16), est cependant choisi par l’US Navy comme base de son avion multirôle F/A18 Hornet en 1975.

[4] Le programme L3S est officiellement lancé par les gouvernements européens le 31 juillet 1973. Il prendra bientôt le nom d’Ariane.

[5] La mission Apollo-Soyouz est réalisée du 15 au 21 juillet 1975.

[6] La démonstration de l’appareil soviétique s’achève tragiquement le dimanche 3 juin par un crash qui tue les 6 membres d’équipage et 8 personnes au sol.

[7] STOL: Short TakeOff and Landing

[8] MIL: abréviation du nom du fondateur de la firme Mikhaïl Léontovitch.

Category:
  B-Actualité Airitage
this post was shared 0 times
 000
About

 Florence

  (45 articles)