Les jets à l’honneur au meeting aérien Air Legend Paris-Villaroche 2019

By Marc 2 mois ago
Home  /  A-Actualité  /  B-Actualité Airitage  /  Les jets à l’honneur au meeting aérien Air Legend Paris-Villaroche 2019

Après une première édition 2018, considérée comme une brillante réussite, les organisateurs du meeting aérien Air Legend Paris-Villaroche à Melun entendent récidiver les 7 et 8 septembre 2019. Cette fois-ci, les stars seront les jets des premières générations.T-33

Le T-33 Shooting Star de Top Gun Voltige, nouveau venu dans le ciel des meetings aériens français. © Elodie Expert-Claudin

L’année 2019 a été marquée, pour le milieu des collectionneurs d’avions français, par l’arrivée du Sabre de Mistral Warbird et la remise en vol du T-33 de Top Gun Voltige. Autour de ces deux avions, les organisateurs du meeting aérien de Melun-Villaroche ont donc rassemblé d’autres jets anciens  dont, en particulier, un MiG-15 UTI venu de Norvège ! Vampire, Hunter, Paris et plusieurs Fouga seront également présents en vol pour évoquer les années 50 et 60.

 

Les amateurs d’avions de la 2e guerre mondiale ne seront pas frustrés puisque les organisateurs ont prévu plusieurs Spitfire, Hurricane, Yak, Corsair et Mustang pour faire bonne mesure. Le très rare D-3801 (MS 406) sera présent également, accompagné de deux Curtiss H.75 et du P-40. Bearcat, Buchon, Sea Fury, Skyraider, deux Avenger et plusieurs T-6 complèteront le plateau qui comportera aussi quelques avions plus légers, Piper Cub, Cessna O-1 et O-2, Klemm 35, BD-5J, Storch et Bücker Bestmann.

 

Pour faire bonne mesure, l’armée de l’Air sera présente avec les équipes de présentation A400M, Solo Alpha Jet, EVAA et Rafale Solo Display et bien sûr, la Patrouille de France. L’Aéronautique navale sera représentée par les avions « Cocardes Marines » (Paris, Zéphyr, Breguet Alizé) et par les Rafale M pour une présentation tactique de haute volée.

Les ambitions des organisateurs n’ont effectivement pas été revues à la baisse, les démonstrations en vol vont être denses !

FrM

Premier vol du F-86 Sabre français

Attendu avec impatience depuis la saison dernière, le F-86 a effectué son premier vol, en France, le 2 mai 2019, piloté par Fred Akary.

F-86

Premier vol du F-86 Sabre dans le ciel d’Avignon. © Vince Bourreux

Après un long parcours administratif de nombreux mois, Fred Akary (Mistral Warbirds) est parvenu à ramener en France le F-86 Sabre de ses rêves. Le chasseur US historique est désormais basé à Avignon où le jeudi 2 mai 2019, dans l’après-midi, il a effectué son premier vol dans le ciel français. Après des essais concluants et une accélération arrêt pour tester le freinage, le vol de sortie de visite a été, selon le pilote, « très concluant ». Le vol s’est déroulé au-dessus de de la base aérienne d’Orange grâce à l’aide précieuse et la gentillesse des contrôleurs aériens d’Avignon et des militaires d’Orange.

Un F-86E Sabre dans le ciel de France

Fred Akary qui, depuis 2013, présentait en meeting aérien un P-51 Mustang, vient d’acquérir un F-86E Sabre, l’emblématique chasseur américain de la guerre de Corée. Il doit le convoyer en juin 2018 entre Chicago (USA) et Avignon, sa nouvelle base. Le seul F-86E en état de vol en Europe fera ses débuts en meeting, à l’automne 2018.

15.05.2018 par BASTIEN OTELLI

vignette F-86e F-86e vignette 3 vignette 2 vignette 4

 

 

Vignette 5

 

 

 

 

 

 

F86E sabre

Grâce à Fred Akary, ce F-86E Sabre volera très prochainement sur les meetings français.
© Warbird Heritage Foundation

Fred Akary, l’ancien propriétaire et pilote de MoonBeam McSwine, a revendu et renvoyé aux USA son célèbre P-51D. Cette vente est intervenue suite à la requête de la Warbird Heritage Foundation (WHF) qui souhaitait rendre hommage à Vlado Lenoch, ancien propriétaire de Moonbeam McSwine et membre historique de l’Air Force Heritage Flight. Tragiquement décédé le 16 juillet 2017 avec sa passagère, Bethany Root, dans le crash du P-51D Baby Duck, Lenoch faisait partie des anciens propriétaires de Moonbeam McSwine.

mustang

Pour rendre hommage à Vlado Lenoch, le North American P-51D Mustang « Moonbeam McSwine » est rentré vers le Grand Ouest américain. © Sébastien Sauvignet

Pour lui rendre hommage, les Américains souhaitaient rapatrier le Mustang et, pour convaincre Fred Akary, Paul R. Wood, le fondateur la WHF, a proposé de lui trouver une machine de substitution qu’il puisse racheter…

La suite logique

Akary s’est alors souvenu qu’après le Mustang, le constructeur North American était entré de plain-pied dans l’ère des réacteurs avec le bombardier B-45 Tornado (mars 1947) pour, ensuite, adapter cette technologie aux chasseurs à ailes en flèche avec le F-86 Sabre (octobre 1947). Le B-45 étant aujourd’hui une espèce disparue des cieux, Paul R. Wood a trouvé un Sabre pour Akary : celui de Richard Sugden, un homme réputé pour la qualité des avions qu’il fait restaurer. Un échange de bons précédés qui sonne comme un accord de progression, pour le pilote français.

foudre

Quelque part à Chicago, un ex-Foudre de guerre attend pacifiquement son nouveau cavalier. © Fred Akary / Warbird Heritage Foundation

Matériel de guerre

Bien entendu, acquérir une telle machine et la faire voler en France ne se fait pas sans l’accord de la DGAC et de l’OSAC. Sur ce plan, les deux organismes se sont montrés aussi efficaces que passionnés : « Bien sûr, la DGAC a demandé des garanties, mais ils se sont surtout montrés fanas du projet et très à l’écoute. Ça s’est très bien passé. Pareil avec l’OSAC : ça a été très facile de les convaincre. Ce sont vraiment des gens qui aiment l’aviation ! » explique Fred Akary.

Pour avoir le droit d’importer la bête, il a également fallu obtenir les autorisations indispensables, la machine étant considérée comme matériel de guerre ; tout s’est parfaitement déroulé et les feux sont récemment passés au vert.

 

Pédigrée de trappeur

Cet exemplaire, un F-86E Mk.6 (sn.1675) est sorti d’usine en 1958. Il est exceptionnel dans la mesure où il fait partie des exemplaires construits par Canadair. Comprendre : il fait mieux de ses alter ego états-uniens. Car si, lorsqu’ils ont commencé à construire des Sabre sous licence en 1950, nos cousins d’outre-Atlantique respectaient le cahier des charges, Canadair a ensuite pris l’initiative d’améliorer l’appareil. Un pari gagnant qui se traduira par quelque 1 800 exemplaires construits, dont une grande partie destinée à l’export.

Ainsi, le nouvel avion de Fred Akary est doté du moteur canadien Orenda 14, plus fiable, plus puissant que le General Electric J47-GE-13 originel. Par ailleurs, là où le réacteur américain ne délivrait que 6 000 livres de poussée, les Orenda 14, avec leurs deux étages de turbine développent jusqu’à 7 400 livres, tout en consommant moins. Egalement les General Electric brûlaient un mélange de JP-4 avec 10% de 100LL (éreintant pour la mécanique) quand l’Orenda, lui, est un réacteur « moderne » qui ne boit que du Jet A1.

f86E 3

Avec ce F-86E, Fred Akary récupère tout un lot de pièces de rechange et d’outillages. Ici, le moteur canadien Orenda 14, puissant et fiable, offre un meilleur rendement qu’un General Electric. ©  Fred Akary / Warbird Heritage Foundation

Un Sabre aiguisé !Actuellement, le F-86E est toujours à Chicago, mais une équipe de trois personnes est déjà sur le pied de guerre, prête à l’accueillir à Avignon, chez Mistral Warbirds : deux sont titulaires de licences EASA, et une autre est spécialiste des réacteurs et notamment des Orenda, de quoi bichonner la machine comme il se doit. Par ailleurs, ce Sabre est dans un état de conservation exceptionnel car il n’a jamais cessé de voler : après avoir été opéré par la Luftwaffe dans les années 60, il a été la propriété de Flight Systems Inc qui l’utilisait comme plastron et remorqueur de cibles. Mais, c’est surtout Richard Sugden qui est à l’origine de ce remarquable état de conservation puisqu’il l’a fait entièrement remettre à neuf. In fine, Fred Akary a acheté une machine qui ne totalise que 50 heures de vol depuis cette Ground Up Restauration. Bluffant !

 

Ce F-86E n’aura donc aucune peine à traverser l’Atlantique en vol pour rallier le Vieux Continent, en juin prochain.

F86E 5

Quelles que soient les parties mécaniques de ce F-86E, on peut y passer avec des gants blancs car, en français, « Ground Up Restauration by Rich Sugden » se traduit par « Perfection Absolue ». © Fred Akary / Warbird Heritage Foundation

Un F-86E… neuf !

Un réacteur ne s’opérant pas comme le moteur à pistons d’un P-51D Mustang, le mois prochain, Fred Akary devra se rendre à Chicago pour être formé au pilotage de son Sabre. La FAA le soumettra ainsi à un examen théorique sur le F-86, un stage siège éjectable et un test en vol. On lui souhaite bonne chance, mais on ne doute pas de sa pleine réussite.

L’heureux nouveau propriétaire assure également qu’on le verra dès cette année en meeting : « Deux dates sont déjà bookées, mais je préfère ne pas les donner pour le moment, car les organisateurs n’ont pas encore communiqué sur la présence du F-86 », explique-t-il, avant de donner un petit indice : « Ce sera en septembre et en octobre prochains ».

F 86 6

En juin prochain, ce superbe F-86E Sabre volera jusqu’à Avignon, depuis Chicago. © Warbird Heritage Foundation

Il ne reste plus qu’à consulter attentivement la liste des meetings automnaux, et de spéculer sur le lieu où nous pourrons voir voler ce Sabre Fox Alpha Zoulou qui (Cocorico !) sera le seul et unique exemplaire à voler en Europe.

Bastien Otelli.

Category:
  B-Actualité Airitage
this post was shared 0 times
 000